Membre de la Compagnie Nationale des Experts
Membre du Syndicat National de la Librairie Ancienne et Moderne
Membre de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne

Librairie Michel Bouvier - 14, rue Visconti - 75006 Paris - France - Tél : +33 1 46 34 64 53 - informations@librairiemichelbouvier.com

Quelques nouveautés

 

BREAN, A. Album des principaux objets découverts dans les fouilles exécutées à Gien-le-Vieux (Loiret) de 1863 à 1865.

[Ca 1865]

In-8, titre manuscrit, 9 planches photographiques numérotées montées sur papier fort portant le cachet à sec du photographe Fresse (Briare, Loiret). Demi-chagrin brun de l'époque, dos lisse (reliure modeste). Cachet de bibliothèque éliminé.

Rare album de photographies archéologiques.

L'ingénieur Bréan avait obtenu du ministère de l'Instruction une subvention pour effectuer des fouilles à Gien-le-Vieux en vue de la découverte des ruines de l'antique cité de Genabum.

Les planches photographiques reproduisent des lavis d'objets accompagnés de légendes.

Nous n'en avons trouvé que deux autres exemplaires, à Gien et à la BnF, dont l'exemplaire comprend comme le nôtre un titre manuscrit.

Envoi de l'auteur à l'historien et archéologue Jules Quicherat.

600 €

 

La naissance des "entrelacs brunniens"

BRUNN, Hermann. Ueber Verkettung.

Munich : 1892

In-8, pages 77 à 99 et 3 planches (numérotées II à IV). Broché, couverture imprimée. Couverture roussie avec petits manques de papier.

Edition originale. Tirage à part, avec envoi de l'auteur à la Société mathématique de France.

Hermann Brunn (1862 - 1939) est notamment connu pour les entrelacs brunniens, qu'il utilise dans cet article. L'appellation entrelacs brunnien est due à Rolfsen, mais Brunn s'est surtout intéressé aux manières de combiner ces entrelacs de façon à réaliser toute structure connective finie donnée arbitrairement à l'avance. Imparfaite, sa démonstration de la possibilité d'une telle réalisation dans tous les cas sera reprise par Debrunner en 1961 et achevée par Kanenobu en 1984.

450 €

                                                                   Écritures.

ERNST, Max. 

Paris : Gallimard, 1970

 

Petit in-4, cartonnage illustré de l'éditeur.

Avec un envoi de Max Ernst à Gérard Patris, orné d'un petit dessin original,  sur le faux-titre.

 

Gérard Patris est un réalisateur de cinéma et de télévision français né en 1931 et décédé en 1990. Il a réalisé un documentaire sur Max Ernst, paru en 1973, intitulé "Histoires naturelles : Max Ernst." Il a également été responsable d'un atelier de lithographie.

 

 900 €

                     Sur la responsabilité de l'Etat dans l'éducation du peuple

GUIZOT, François. Essai sur l'histoire et sur l'état actuel de l'instruction publique en France.

Paris : Maradan, 1816

In-8, (4)-157-(1) pages. Broché, couverture muette d'origine (usé, premier plat détaché).                              

 

Edition originale d'une des première publications politiques de Guizot.

 

Lorsque, le 11 octobre 1832, François Guizot devient le septième ministre de l’Instruction publique de la monarchie de Juillet, il est depuis longtemps un spécialiste reconnu des questions d’enseignement.

En 1815, Guizot est conduit, contre les attaques de la Chambre introuvable prônant le contrôle du clergé catholique sur l’enseignement, à prendre la défense de l’Université et à préciser ses propres idées dans cet Essai, dont la première page assied un principe : « L’Etat donne l’éducation et l’instruction à ceux qui n’en recevraient point sans lui, et se charge de les procurer à ceux qui voudront les recevoir de lui. »

Quérard III, 549.     

 350 €

                                            Kardec, pédagogue pestalozzien

KARDEC, Allan, pseudonyme de H. L. D. RIVAIL. Plan proposé pour l'amélioration de l'éducation publique.

Paris : Dentu, 1828

In-8, (4)-52 pages. Broché, couverture imprimée.                                                      

 

Première édition d'un des premiers ouvrages du célèbre spirite.

 

Fils de bonne famille lyonnaise, Allan Karec fut interne au château d'Yverdon, sur le lac de Neuchâtel, chez le pédagogue Johann Heinrich Pestalozzi qui met alors en pratique les principes de l’Émile de Rousseau. Dans cette «école mutuelle», il côtoie d'autres jeunes gens de la bonne société européenne. Il parle plusieurs langues vivantes, comme l'anglais, l'allemand et le néerlandais.

Il fut fortement influencé par Pestalozzi dont certains principes de pédagogie se retrouveront dans la doctrine spirite : la fraternité universelle et l'ouverture aux femmes.

En 1820 à 16 ou 17 ans !), il s'installe à Paris et ouvre en 1824, au 35 de la rue de Sèvres, un cours privé fondé sur les méthodes de Pestalozzi. Il publie de nombreux ouvrages de pédagogie, dont celui-ci (soutenu par Ampère, son compatriote lyonnais) qui reçut un prix de l'Académie Royale d'Arras en 1828. Il y fait preuve de sa belle intelligence : "Il n'est peut-être pas inutile de chercher la cause première de l'espèce de discrédit dans lequel se trouve la carrière de l'éducation dans le monde. C'est en remontant à la source d'un mal qu'on peut plus facilement trouver les moyens d'y remédier." Et s'ensuit une analyse sociologique du recrutement des professeurs pleine de pertinence.

                                                                                                                         

 350 €

                       Premier Dialogue de la Cité harmonieuse

PEGUY, Charles [sous le pseud. de Pierre Baudouin]. Marcel.

Suresnes : G. Richard et Husson, et se trouve à Paris : Georges Bellais, 1898

Grand in-8, (219) pages. Broché, couverture imprimée, non coupé.

Papier jauni, 3 cahiers déboîtés, petite galerie de ver marginale. Pas de grand papier.

 

Edition originale, tirée à compte d'auteur, du premier livre de Péguy.

 

Ce "Premier Dialogue de la Cité harmonieuse", inspiré par les thèses socialistes, fut réalisé en collaboration avec son ami Marcel Baudouin au cours de l'été 1896, date qui figure au dos de l'ouvrage. Le livre ne fut réellement imprimé que deux ans plus tard, après le décès de Marcel dont Péguy avait épousé la sœur, Charlotte-Françoise, en octobre 1897.

 

140 €